LANGUES DE FEU | création 2016

Pour cette nouvelle édition d’Actoral, Hubert Colas invite et provoque la rencontre entre Lucie Depauw – auteur et Christian UBL – performeur et chorégraphe autrichien basé à Marseille – qui tisse lui aussi des passerelles entre différents univers tels que le théâtre, la danse ou les arts plastiques.
L’ambition et le challenge de départ du projet Langues de feu : la rencontre pour trouver un axe de travail commun et élaborer dans un très court temps une écriture corporelle et textuelle au service d’une écriture scénique.
Langues de feu s’inspire de la symbolique du feu pour sa force, son énergie, sa cruauté, et constitue le socle de notre réflexion pour enclencher le processus
de création. Il est question pour nous de fabriquer des portraits – poèmes chorégraphiés autour de la protestation par le feu et la protestation incendiaire – je brûle donc je suis.

Du symbole qui génère les révolutions (Tarek Mohamed Bouazizi à l’origine des soulèvements du printemps arabe) au désenchantement devant pôle emploi ou encore, à l’adolescent enrobé harcelé qui ne trouve que le carburant de sa mob pour s’asperger et pour exister…
De la révolte intime à la protestation politique : une danse macabre pour frapper les esprits sur la place publique, dénoncer l’inacceptable, l’indicible.

Quand les mots ne pourront plus dire, peut-être le « feu de la danse » pourra exprimer cette révolte, la protestation, le sacrifice ultime, l’énergie et le mouvement indomptable et débordant du feu ?

Langues de feu est un objet scénique qui traduit la protestation par le feu pour traverser et revisiter divers états de corps – immolation – acte de sacrifice suprême – purification – je brûle donc je suis – l’oiseau de feu – le feu comme symbole pour l’érotisme – l’intimité brûlante qui devient publique – je brûle de passion et je brûle mes passions, je brûle ma salive, je brûle mes tensions, mes pensées, mes affects, mes désirs, mes convictions, le système brûle et mon corps brûle avec…
Ce projet sera créé dans le cadre de l’Objet des mots 2016.

©Marc-Antoine Serra

4 et 5 OCTOBRE 2016 | Festival actoral.16, Marseille (FR)

«…
Quand mon visage aura fondu
Méconnaissable
Charbon
Quand certains se demanderont
Qui
Est cette flamme
Alors vous leur direz
Je m’appelle Tarek
Et j’attends
Le printemps
…»

conception | Christian UBL & Lucie Depauw
performance | Christian UBL
texte | Lucie Depauw
univers sonore | Fabrice Cattalano
voix off | Anne Décis
collaboration artistique | Fabienne Gras
pyrotechnie | Bertrand Blayo
création lumière | Jean-Bastien Nehr
costume | Pierre Canitrot

production : CUBe association
coproduction : Actoral / SACD
Résidences et prêt studio : KLAP Maison pour la Danse, Marseille, CN D, Pantin

PRESSE