Midi Libre | Langogne

« Shake it out » a bien remué le public de Langogne

SHAKE IT OUT Midi Libre
SHAKE IT OUT Midi Libre

Le spectacle de danse contemporaine joue sur la symbolique des drapeaux européens.

Bluffés, les spectateurs Langonais qui ont eu la chance de braver la neige pour assister au spectacle de danse contemporaine « Shake it out », interprété par la compagnie CUBe, proposé par les Fadarelles, la mairie de Langogne et les Scènes Croisées, ce samedi soir, à la salle polyvalente.

Sur fond du discours fondateur de la construction européenne de Winston Churchill, un danseur reçoit la mission de s’approprier les différentes identités européennes symbolisées par leur drapeau. Incapable de les avaler, il doit se résoudre à voir les fanions colorés dispersés au gré des fluctuations politiques, économiques, sociales et culturelles, soufflant le chaud et le froid: tantôt euphoriques, en marchant sur l’ode à la joie de Ludwig, tantôt grimaçants, tantôt rigides, tantôt festifs, illustrés par plusieurs tableaux chorégraphiques montrant des moments de grande liberté, rattrapés par des figures collectives synchronisées quasi militaires, l’espace sonore magistral, collant parfaitement au ballet, constitué d’une batterie et d’un synthé électronique époustouflants.

Le tableau qui a le plus marqué les spectateurs, la scène où virevoltent au plafond les 500 drapeaux multicolores, violemment jetés par les danseuses et danseurs, entremêle les corps et les drapeaux dans un même tourbillon lumineux, tandis que les drapeaux deviennent danseurs et les danseuses drapeaux dans une même féerie musicale colorée, tout le monde volant dans une même apesanteur : celle de la nudité vient parachever ce moment magique.
Le dernier tableau dans lequel les deux danseuses et les deux danseurs sont accroupis et font cercle autour du totem affublé de tous les drapeaux est plus grave, sans doute à l’image de la période difficile actuelle, mais en tout cas, le message est passé : Ne nous drapons pas dans notre rigidité et nos archaïsmes et faisons virevolter les corps, les sons et les couleurs dans l’espace ! Ça plane pour moi disait le visionnaire Plastic Bertrand il y a quelques années : ça plane pour eux en tout cas !